Mais dans cette conception classique galienique, la grosse veine artérieuse que nous appelons artère pulmonaire, véhiculant du sang noir, n’a pour seule mission que de Veiarterieuse300.jpg (69599 octets) nourrir le poumon, et le sang rouge est du à un aller-retour dans l’artère veineuse ( les veines pulmonaires ), à travers une valve mitrale considérée comme à continence incomplète par rapport à la valve tricuspide du ventricule droit.

Le passage pulmonaire et même sa fonction ont été envisagés d’une façon quasiment prophétique par Michel Servet, et par la suite, le passage pulmonaire sur le plan purement mécanique de retour au cœur gauche, a été retenu par Realdo Colombo, mais c’est Harvey qui en I628 emploie pour la première fois le terme de circulation, ayant remarqué le calibre anormalement gros de l’artère pulmonaire pour un rôle simplement nutritif, et surtout ayant calculé que le volume d’éjection sanguine multiplié par le nombre de battements du cœur, ne pouvait être réalisé que par un recyclage du sang.

 

ne Dans la conception de Descartes, le cœur n’est pas une pompe, mais une sorte de machine à vapeur qui se dilate " s’y enfle promptement" ..., subtilisant le sang pour produire les "esprits animaux"..

Dans la nouvelle conception de Harvey, le cœur est 

 

Avant d’atteindre le cerveau, le passage du sang par le poumon est interprété comme le rafraîchissement de celui-ci : "qu’à mesure que les vapeurs du sang qui sortent de la concavité droite du cœur entrent dedans l’artère que les anatomistes ont nommé la veine artérieuse ( artère pulmonaire ), elles s’y épaississent et convertissent ensemble derechef, et si elles entraient sans être derechef épaissies, elles ne seraient pas suffisantes pour servir de nourriture au feu qui y est".

 

Pour Descartes qui ne considère pas le cœur comme une pompe, l’action motrice est la dilatation du cœur, synchrone du pouls à ses yeux : la diastole et non pas la systole, comme l’a bien remarqué Harvey
Quoiqu’il en soit, en ce qui concerne le fonctionnement du cerveau, c’est après que les choses commencent :
" mais ce qu’il faut ici principalement remarquer, c’est que toutes les plus vives, les plus fortes, et les plus subtiles parties de ce sang vont se rendre dans les concavités du cerveau, d’autant que les artères qui les y portent sont celles qui viennent du cœur, le plus en ligne droite de toutes, et que comme vous le savez, tous les corps qui se meuvent, tendent chacun autant qu’il est possible, à continuer leur mouvement en ligne droite."

Ainsi le "Circuit sanguin "est Hydraulique et le "Circuit nerveux serait Pneumatique

Retour à Plan du site à Accueil